Les dernières activités

19ème salon du chocolat à Paris :

19ème salon du chocolat à Paris :
Le CNS présente la stratégie de lutte contre le travail des enfants de la Côte d’Ivoire
Le CNS a présenté sa stratégie de lutte contre le travail des enfants lors du 19éme salon du chocolat de Paris (2)
Le CNS a présenté sa stratégie de lutte contre le travail des enfants lors du 19éme salon du chocolat de Paris (2)

Après la signature  d’un protocole d’accord entre l’Etat de Côte d’Ivoire et l’université de Tulane à Washington DC pour la  réalisation d’une enquête sur le travail des enfants dans la cacaoculture, le Comité National de Surveillance (CNS) a pris part du 30 octobre au 03 novembre 2013 à la porte de Versailles,  à la 19ème édition du chocolat de Paris. Un rendez-vous incontournable que ne pouvaient manquer  ce comité dirigé par Mme Dominique Ouattara pour faire campagne autour des «efforts de la Côte d’Ivoire en matière de lutte contre les pires formes de travail des enfants dans la cacaoculture» en vue de sensibiliser les 250 exposants et les professionnels venus du monde entier.

Longtemps montré du doigt comme un pays utilisant des enfants comme mains d’œuvre dans les plantations de cacao, le Président Alassane Ouattara, après son accession au pouvoir, a décidé de prendre  les taureaux par les cornes.

Ainsi depuis 2011, la Première Dame de Côte d’Ivoire a pris, à bras le corps, cette problématique à travers le Comité National de Surveillance des actions de lutte contre l’Exploitation, la Traite et le Travail des Enfants (CNS).  Objectif de cette institution: remédier à la problématique  du travail des enfants tout en redorant  le blason de la Côte d’Ivoire.    

C’est à un des espaces d’animation du salon dédiés aux conférences, lieux d’attraction des experts du chocolat, que MM. Nguettia Martin, Secrétaire exécutif du Cim (Comité Interministériel de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants) et Amani Konan, Consultant national au cabinet de la Première Dame, ont présenté la situation des enfants, le nouveau cadre institutionnel et le plan d’action national 2012-2014 mis en place par la Côte d’Ivoire pour lutter contre le phénomène.

Un plan, comme ont indiqué les deux experts, est désormais élargi à toute la sous-région. Une volonté commune matérialisée par la signature d’un accord entre la Première Dame de Côte d’Ivoire et son homologue du Burkina Faso dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays voisins pour la protection des enfants. Le résultat, selon eux, est jugé satisfaisant même si des efforts restent à faire. 

Le CNS présente la stratégie de lutte contre le travail des enfants de la Côte d’Ivoire
Le CNS présente la stratégie de lutte contre le travail des enfants de la Côte d’Ivoire

Les deux experts ivoiriens ont également expliqué que la lutte contre les pires formes de travail des enfants ne se limite pas qu’à la cacaoculture mais bien dans tous les domaines où les enfants sont abusivement exploités par des adultes.
Pour convaincre les partenaires et les professionnels du chocolat présents à la conférence de l’engagement de la Côte d’Ivoire à éradiquer le phénomène, les conférenciers ivoiriens ont dit qu’un accord avait été signé avec l’université américaine de Tulane pour la réalisation d’une enquête sur le travail des enfants dans la cacaoculture. Sans doute, pour lever toutes les suspicions sur la production cacaoyère ivoirienne malencontreusement entachée de cette idée de la traite des enfants.
Après avoir présenté les efforts consentis par la Côte d’Ivoire pour éradiquer ce mal, les experts ivoiriens ont invité les partenaires et les investisseurs à apporter leur concours à la réalisation des nombreuses infrastructures sociales en faveur des enfants.
Le Directeur général du Conseil du café-cacao, Mme Massandjé Touré-Litse et Mme Yao, Directrice de cabinet de la Première Dame et Secrétaire exécutive du Cns, étaient présentes aux côtés des deux conférenciers pour répondre aux préoccupations de la salle.

Le  CNS présente la stratégie de lutte contre le travail des enfants de la Côte d’Ivoire
Le CNS présente la stratégie de lutte contre le travail des enfants de la Côte d’Ivoire

Les deux experts ivoiriens ont également expliqué que la lutte contre les pires formes de travail des enfants ne se limite pas qu’à la cacaoculture mais bien dans tous les domaines où les enfants sont abusivement exploités par des adultes.
Pour convaincre les partenaires et les professionnels du chocolat présents à la conférence de l’engagement de la Côte d’Ivoire à éradiquer le phénomène, les conférenciers ivoiriens ont dit qu’un accord avait été signé avec l’université américaine de Tulane pour la réalisation d’une enquête sur le travail des enfants dans la cacaoculture. Sans doute, pour lever toutes les suspicions sur la production cacaoyère ivoirienne malencontreusement entachée de cette idée de la traite des enfants.
Après avoir présenté les efforts consentis par la Côte d’Ivoire pour éradiquer ce mal, les experts ivoiriens ont invité les partenaires et les investisseurs à apporter leur concours à la réalisation des nombreuses infrastructures sociales en faveur des enfants.
Le Directeur général du Conseil du café-cacao, Mme Massandjé Touré-Litse et Mme Yao, Directrice de cabinet de la Première Dame et Secrétaire exécutive du Cns, étaient présentes aux côtés des deux conférenciers pour répondre aux préoccupations de la salle.