Les dernières activités

8ème réunion annuelle du CLCCG à Abidjan

8ème réunion annuelle du CLCCG à Abidjan
La Première Dame présente les actions de la Côte d’Ivoire

La Côte d’Ivoire va abriter du 17 au 19 juillet 2018, la 8ème réunion annuelle du Groupe de coordination des actions de lutte contre le Travail des enfants dans la cacaoculture.

La cérémonie de lancement de cette rencontre quadripartite organisée par les Etats-Unis d’Amérique, la Côte d’Ivoire, le Ghana et l’industrie du cacao et du chocolat s’est déroulée, ce mardi 17 juillet 2018, au Sofitel Hôtel Ivoire de Cocody. 

 Elle a  été présidée par la Première Dame, Dominique Ouattara, par ailleurs, Présidente du Comité National des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS).

Créé en 2010, c’est la toute première fois que le CLCCG tient sa rencontre annuelle dans un pays autre que les Etats-Unis.  C’est  sur invitation de la Première Dame  que  les différentes parties prenantes dans cette organisation  vont se réunir pendant 72 heures à Abidjan, la capitale économique du 1er producteur mondial du cacao.

Cette 8ème édition de la réunion annuelle du CLCCG a pour thème central : « accélérer le rythme des progrès d’ici à 2020 et au-delà : intensifier les bonnes pratiques pour lutter contre le travail des enfants dans le secteur du cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana ».  

La cérémonie d’ouverture a enregistré la participation de  Madame Martha E. Newton, sous-secrétaire adjointe aux affaires  internationale du département du Travail des Etats-Unis d’Amérique, de  l’honorable Ignatius Baffour Awuah, Ministre de l’Emploi et du Travail du Ghana,  des Ministres  Pascal Abinan Kouakou, Ministre de l’Emploi et des affaires sociales et Bakayoko Ly Ramata, Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant.

 

Les acquis de la lutte contre le travail des enfants dans la cacaoculture

En pointe  depuis 2012 sur  la  question de la  lutte contre le travail des enfants, Madame Dominique Ouattara a partagé avec ses invités l’engagement de la Côte d’Ivoire contre le phénomène.  A cet effet, elle a  évoqué  les actions réalisées  depuis 2012 par le gouvernement afin de non seulement garantir les droits des enfants et pour apporter une réponse idoine à la question du travail des enfants dans la cacaoculture.

« Eliminer le travail des enfants de la chaine de production du cacao dans nos pays, n’est ni un slogan, ni une simple déclaration de principe. Il s’agit d’une responsabilité collective qui requiert un engagement fort et la détermination de tous les acteurs impliqués », a-t-elle soutenu.  Pour étayer ses propos Madame Dominique Ouattara a axé sa démarche sur trois (03) domaines à savoir la prévention, la protection de l’enfant et la répression. 

Dans le domaine de la prévention, Madame Dominique Ouattara a cité l’organisation de campagne de communication, d’information et de sensibilisation  des populations à l’échelle nationale, la formation des intervenants de la chaine de remédiation, l’adoption de la loi sur l’école obligatoire pour tous les enfants de 6 à 16 ans, la construction de milliers de salles de classe et des infrastructures scolaires, le renforcement de la coopération bilatérale avec les pays frontaliers.

Pour ce dernier cadre, elle a évoqué la signature d’accords bilatéraux entre le Mali, le Burkina Faso et le Ghana et l’organisation de la conférence des Premières Dames de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel à Abidjan qui a réuni 17 pays. 

Dans le cadre de la protection de l’Enfant, elle a  cité la construction de trois (03) maisons  d’accueil pour enfants  dont la première  a été construite dans la zone cacaoyère de Soubré. Dans le domaine de la répression, elle a évoqué d’une part l’adoption d’une loi spécifique portant sur l’interdiction des pires formes de travail des enfants, et d’autre part, l’adoption d’une liste de travaux légers dits socialisants, autorisés aux enfants dont l’âge est compris entre 13 et 16 ans ; et une autre de travaux dangereux interdits aux enfants.

 

Madame Martha E. Newton, sous-secrétaire adjointe aux affaires  internationales du département du Travail des Etats-Unis d’Amérique a félicité la Première Dame Dominique Ouattara pour son leadership. Elle a réitéré la volonté du gouvernement américain de travailler    avec toutes les composantes sociales pour freiner le travail des enfants dans la chaine de production du cacao.

L’honorable Ignatius Baffour Awuah, Ministre de l’Emploi et des Relations du Travail a présenté les actions entreprises par son pays afin de mettre un terme au travail des enfants dans les plantations de cacao.

Pascal Abinan Kouakou, Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale et Président du Comité Interministériel de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CIM),  a réitéré l’engagement du gouvernement ivoirien à éradiquer le phénomène de travail des enfants dans la cacaoculture.

Tim McCoy, vice-Président de la Fondation Mondiale du Cacao (WCF)  a remercié la Première Dame, Dominique Ouattara pour ses actions dans le cadre de la lutte contre le travail des enfants dans la cacaoculture.

Plusieurs panels vont meubler cette réunion. La cérémonie de clôture est prévue pour dans l’après-midi du mercredi 18. Une visite dans une plantation école est prévue pour le jeudi 19 juillet à Adzopé.