Les dernières activités

Économie verte et automatisation des femmes

Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire    porte désormais  le flambeau de l’autonomisation des femmes à travers l’économie verte. Ainsi, dans l’optique de partager cette nouvelle vision, l’épouse du chef de l’Etat  a invité, le mercredi 29 novembre 2017 à l’Ivoire Golf Club, les Premières Dames et épouses de chef de gouvernement présentes à Abidjan à  la faveur du 5ème sommet UA-UE, à réfléchir sur la place de la femme dans l’économie verte.    

Un débat sur  la question du développement durable en Afrique qui s’est invité en marge du sommet et milite en faveur de la nécessité pour les pays africains à se tourner résolument vers l’économie verte.  Aussi, saisissant l’opportunité de cette cérémonie,  Madame Dominique Ouattara a  tenu à féliciter  Arnold  Schwarzenegger, ancien gouverneur de la Californie et initiateur de l’ONG Fonds Vert R20. Elle a tenu à lui transmettre son accord afin de porter désormais en Afrique ce fonds pour l’autonomisation des femmes. Elle a terminé en émettant le vœu que le fonds soit disponible afin d’accompagner les projets des femmes. 

En  outre, Madame Dominique Ouattara a présenté à ses sœurs la nécessité pour les pays africains  de réussir la transition vers une économie verte.   «Cette importante rencontre nous offre l’opportunité de créer un cadre commun de réflexion, en ce qui concerne « la place de la femme dans l’économie verte » dans nos pays respectifs. En effet, pour qu’elle soit intégrée à tous les niveaux par nos différentes communautés, la transition vers une économie verte doit absolument tenir compte des rôles spécifiques de chacun, dans la gestion de nos ressources naturelles. Aujourd’hui, que ce soit en Europe ou en Afrique, les femmes interviennent dans tous les secteurs  d’activités clés. Leur rôle indéniable dans l’économie, les place nécessairement au cœur des politiques et des stratégies à mettre en œuvre pour un développement durable inclusif. Nous devons donc porter une attention particulière sur le potentiel de la femme, dans la mise en œuvre de ce modèle économique », a-t-elle expliqué. 

Aussi, pour Madame Dominique Ouattara, trois (03) facteurs  sont indispensables pour l’implication des femmes dans l’économie verte. Selon l’épouse du chef de l’Etat,  il s’agit du renforcement des capacités des femmes, le transfert des  technologies et enfin, le financement. Ce dernier volet est selon elle, l’épine dorsale de toute activité, car, il donnera aux femmes, les moyens de mettre en œuvre leurs projets.  A  titre d’exemple, Madame Dominique Ouattara illustré ses propos  ave les initiatives  prises en Côte d’Ivoire en matière d’économie verte. A ce chapitre, elle a rappelé que des initiatives existent dans le cadre d’un programme national de développement sur la période 2016-2020 au niveau de l’agriculture, de la reforestation et des énergies renouvelables.  Pour ce dernier point, elle a révélé que le gouvernement ivoirien a décidé d’accélérer la mise en œuvre de projets dans ce secteur. A ce titre, trois (03) projets sont en cours d’instruction dans le nord du pays. Dans le domaine de la biomasse, la Côte d’Ivoire signera le premier projet commercial de biomasse qui permettra de produire de l’énergie à partir des déchets de la culture du palmier à huile. A cela va s’ajouter la construction pour 2019, d’une centrale de biogaz qui sera approvisionnée par les déchets ménagers de la décharge d’Akouédo.  « Je reste convaincue que l’économie verte est une véritable opportunité pour toutes les femmes à travers le monde. Nous devons donc, nous approprier entièrement cette nouvelle approche, afin de devenir des actrices incontournables du développement durable dans nos pays. Il nous faut à tout prix protéger notre planète », a-t-elle invité les Premières Dames.

Bien avant la Première Dame ivoirienne, l’honneur est revenu à Madame Michèle Sabban, Présidente de l’ONG Fonds vert R 20 de présenter à la fois  le rôle des femmes dans l’économie verte et  son association.  Pour cette dernière, le potentiel des femmes en tant que participantes actives dans le secteur de l’énergie a été jusque lors sous-estimé en Afrique.

Plusieurs Premières Dames ont également partagé leur expérience dans le domaine de l’économie verte et du développement durable lors de ce forum. Il s’agit notamment de Madame Aminata Maïga Keïta, Première Dame du Mali, Madame Constancia Mangue de Obiang, Première Dame de la Guinée Équatoriale, Madame Hinda Deby Itno, Première Dame du Tchad, Madame Ambari Azali, Première Dame des Comores, Madame Ana Diaz Lourenzo, Première Dame de l'Angola et Madame Aïssatou  Issoufou Mahamadou, Première Dame du Niger. La cérémonie a pris fin par une exposition d’objet d’art.