Les dernières activités

Journée Mondiale contre le Travail des Enfants

La Première Dame, Dominique Ouattara parraine la commémoration

En Afrique, près de 59 millions d’enfants sont astreints au Travail. Une situation  qui résulte des crises armées et de la pauvreté, et qui met en péril gravement le bien-être et l’avenir des enfants sur le continent. Ce constat alarmiste a été fait, ce mardi 11 juillet 2017, lors de la cérémonie de commémoration de la journée mondiale contre le Travail des Enfants au Complexe CRRAE-UMOA au Plateau.  L’édition 2017 de la journée mondiale contre le Travail des Enfants a été placée sous le thème: «Dans les conflits et les catastrophes, protégeons les enfants du travail ». Elle a été placée sous le parrainage de Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire et Présidente du Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS).  Elle a également enregistré la participation  de M. Jean-Claude Kouassi, Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale et Président du Comité Interministériel de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CIM), Madame Mariatou Koné, Ministre de la Solidarité, de la Femme et de la Protection de l’Enfant, et vice-Présidente du CIM et de bien d’autres personnalités impliquées dans la lutte contre le travail des enfants.

Pour sa part Madame Dominique Ouattara, Présidente du CNS a profité du cadre de cette commémoration pour faire le bilan des actions de remédiation du phénomène. Pour Madame Dominique Ouattara, le thème de cette journée appelle sans conteste à la réflexion de solutions anticipées afin de protéger les enfants en cas de conflits ou de catastrophes. Ainsi, pour l’épouse du chef de l’Etat, il est important de mutualiser les efforts et les actions de lutte pour parvenir à l’éradication du phénomène de Travail des Enfants. «Je souhaiterais vous réitérer mes sincères remerciements pour votre engagement à nos côtés, dans la lutte contre le travail des enfants. Sans votre implication, il ne serait pas possible de créer un environnement propice au plein épanouissement de nos enfants, car je reste convaincue que c’est dans un effort commun et par des actions concertées, que nous parviendrons à éradiquer ce phénomène de notre pays et à protéger  les futures générations », a-t-elle soutenu. 

 Dans cette veine, Madame Dominique Ouattara a émis un satisfecit pour le travail abattu dans le cadre de la remédiation du phénomène. Cependant, elle estime qu’il reste encore beaucoup à faire pour venir à bout de la question du travail des enfants. « Un long chemin a certes été parcouru en Côte d’Ivoire, mais il reste encore beaucoup à réaliser pour protéger efficacement nos enfants. Les conclusions de la journée d’aujourd’hui nous offrent l’opportunité d’explorer de nouvelles pistes de solution et d’intensifier nos actions pour le bien-être de nos enfants », a conseillé Madame Dominique Ouattara. 

Une conférence des Premières Dames d’Afrique de l’Ouest sur la lutte contre la traite transfrontalière

Madame Dominique Ouattara a par ailleurs,  fait des propositions de solutions  pour le bien-être des enfants en cas de conflit ou de catastrophe.  Ainsi, selon Madame Dominique Ouattara, il est primordial de sensibiliser et d’informer les populations sur les Droits et la protection des enfants en temps de paix, afin que ces mécanismes de protection  deviennent systématiques en cas de conflit ou de catastrophe. Poursuivant, elle a préconisé le renforcement de la formation de tous les acteurs impliqués dans la résolution du phénomène. En plus, la création de centres d’accueil contribuera, selon Madame Dominique Ouattara, à améliorer l’offre de service de prise en charge des enfants en situation d’urgence.  En dernier point, la Présidente du CNS a préconisé  le renforcement de la coopération sous régionale. A ce titre, elle a révélé l’organisation en octobre prochain, d’une conférence des Premières Dames d’Afrique de l’Ouest, sur la lutte contre la traite transfrontalière.   

Monsieur Jean-Claude Kouassi, Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale et Président du CIM a, quant à lui, salué l’implication de Madame Dominique Ouattara dans la lutte contre ce phénomène. Selon ce dernier, les interventions de l’épouse du chef de l’Etat auprès de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), a permis, non seulement de réviser la liste des travaux dangereux interdits aux enfants, mais aussi et surtout, de doter, pour la première fois, le pays d’une liste des travaux légers autorisés aux enfants dont l’âge est compris entre 13 et 16 ans.  Pour Monsieur Jean-Claude Kouassi, le choix par l’OIT du thème de cette journée mondiale, est une invite à prendre conscience de l’impact désastreux des  confits et des catastrophes sur les enfants et à envisager des mesures correctives à entreprendre pour y faire face avec succès.  Pour ce faire, a-t-il souligné, la Côte d’Ivoire sous la houlette du Président Alassane Ouattara a inscrit les actions visant à éliminer les pires formes de travail des enfants, dans les programmes globaux de développement humain durable.

 

Mademoiselle Lath Akaffou Grâce Esther, Présidente du Parlement des Enfants a tenu à saluer les efforts de Madame Dominique Ouattara dans l’amélioration des conditions de vie des enfants.

Monsieur  Dramane Haïdara, Directeur pays du Bureau International du Travail (BIT) a tiré la sonnette d’alarme. Il a appelé les gouvernants à la vigilance afin d’éviter les crises pour une meilleure prise en charge du bien-être des enfants.

Le Maire du Plateau, Monsieur Noël Akossi Bendjo a, quant à lui, salué cette initiative qui vise l’amélioration des conditions de vie des enfants. Il a terminé en saluant la Première Dame pour son engagement en faveur de la cause des enfants. Un cocktail a été servi à la fin de la cérémonie aux participants et aux invités de cette journée.