Les dernières activités

Lutte contre le SIDA pédiatrique

Les Premières Dames d’Afrique s’engagent à éliminer la transmission mère-enfant
Les Premières Dames d’Afrique s’engagent à éliminer la transmission mère-enfant
Les Premières Dames d’Afrique s’engagent à éliminer la transmission mère-enfant

Les Premières Dames africaines regroupées au sein de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH/SIDA (OPDAS)  veulent pérenniser leurs actions dans le cadre de la lutte contre la transmission mère-enfant du VIH/SIDA.  Elles  ont exprimé ce vœu   lors  de la réunion de haut  niveau de l’OPDAS dont le thème est : «le  rôle des Premières Dames d’Afrique dans la pérennisation de la riposte au VIH à l’ère  des objectifs de développement durable et de l’agenda 2063 »  qui s’est tenue, le mardi 05 décembre 2017, au Sofitel Hôtel Ivoire en marge de la 19ème conférence internationale sur la lutte contre le SIDA et les IST en Afrique.

Ainsi, en marge  de cette rencontre mondiale sur la question de la lutte contre le VIH/SIDA qui a ouvert ses portes depuis le 04 décembre  sur les bords de la lagune Ebrié,  les Premières Dames africaines entendent désormais tout mettre en œuvre afin de jouer leur rôle au sein de leur pays respectif.  Cette réunion a enregistré la participation  de quatre (04) Premières Dames d’Afrique. Il s’agit de  Madame Antoinette Sassou N’Guesso, Première Dame du Congo, Madame Aïssatou Issoufou Mahamadou, Première Dame du Niger, Madame Claudine Talon, Première Dame du Bénin et Madame Fatoumatta Bah-Barrow, Première Dame de Gambie. Elles ont été soutenues lors de cette rencontre par Madame Sandra Granger, Première Dame de la République coopérative du Guyana et Madame Kim Simplis Barrow, Première Dame du Belize.  

La rencontre a enregistré également la participation de hautes personnalités telles que Michel Sidibé, Directeur Exécutif de l’ONUSIDA et de bien d’autres personnalités.

A tout seigneur, tout honneur. L’honneur est revenu Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire et Ambassadeur spécial de l’ONUSIDA de prononcer le discours d’ouverture de cette rencontre.   Lors de son intervention,  l’épouse du chef d’Etat ivoirien a rappelé que  depuis sa création l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH/SIDA tient ses sessions en marge des réunions de l’Union Africaine, des Assemblées annuelles des Nations Unies, ou lors d’importants évènements tels que la 19ème conférence internationale sur le SIDA et les IST en Afrique.  Selon Madame Dominique Ouattara ces rencontres sont toujours des occasions pour les Premières Dames de partager leurs visions et leurs expériences. « Ces rencontres constituent l’occasion d’évaluer ensemble l’étendue des acquis de notre organisation, et de mesurer le chemin qui nous reste à parcourir. 

. C’est également pour nous l’occasion de partager nos expériences respectives, de faire le bilan de nos actions et d’envisager les perspectives en réponse aux défis qu’il nous faut relever », a-t-elle expliqué d’entrée de jeu.  Aussi au titre de ces défis figure en bonne place la question de l’élimination de la transmission mère-enfant du VIH/SIDA.  « A cet effet, je tiens à souligner que les Premières Dames d’Afrique se sont particulièrement illustrées comme championnes de cette lutte sur notre continent. Ce qui a contribué depuis 2020, à une forte réduction des nouvelles infections par le VIH chez les enfants dans toute l’Afrique », s’est-elle réjoui en précisant le rôle majeur joué par les Premières Dames dans le cadre de la lutte contre le SIDA pédiatrique.  En outre, un autre rôle dévolu aux Premières Dames est leur capacité à plaider au plus haut niveau auprès des chefs d’Etat et autres leaders. Cette capacité a permis, selon Madame Dominique Ouattara,  à faire bouger les lignes dans le cadre de la lutte contre l’exploitation et le travail des enfants, la lutte contre les violences basées sur le genre et particulièrement les mariages précoces, la prévention du cancer du col de l’utérus, l’autonomisation  des femmes, la planification familiale, l’accès des filles à l’éducation et le dividende démographie. «Toutes ces actions majeures des Premières Dames ont permis de réaliser une riposte adéquate face à ces importantes problématiques. Ce qui a donné des résultats encourageants à l’échelle du continent. (…)

Au-delà du VIH,  les actions des Premières Dames ont permis de promouvoir la santé de nos populations », s’est-elle  félicitée.  Pour Madame Dominique Ouattara, l’intégration du VIH dans les services de santé sexuelle et reproductive, y compris le renforcement des capacités de nos professionnels de la santé, ainsi que la mobilisation des ressources, ont favorisé l’amélioration générale de la garantie au droit à la santé dans les pays africains. Ainsi, selon Madame Dominique Ouattara,  cette rencontre permettra de jeter les bases de la pérennisation de cette riposte pour consolider  les acquis et mieux affronter les nouveaux défis à la lumière des objectifs de développement durable (ODD).  « Nous sommes arrivées aujourd’hui, à un moment crucial de l’évolution de l’épidémie du SIDA, où les efforts consentis et les actions menées, ainsi que le niveau des investissements doivent être renforcés pour pérenniser la riposte. Je voudrais donc encourager toutes mes sœurs à poursuivre leurs efforts et à intensifier leurs actions », a-t-elle encouragé. 

 

Cette rencontre a enregistré plusieurs interventions lors des deux panels organisés autour des thématiques : « leadership pour mettre fin à la transmission du VIH de la mère à l’enfant : défis, leçons et opportunités » et « la gestion inachevée du SIDA : actions prévues dans le cadre de la nouvelle campagne-Afrique unie contre le SIDA pédiatrique ».

L’honneur est revenu à Madame Antoinette Sassou N’Guesso, Première Dame du Congo-Brazzaville de faire la lecture du communiqué officiel  de  la réunion de l’OPDAS.   A  ce titre, les Premières Dames ont formalisé leur  engagement  de tout mettre en œuvre pour lutter plus efficacement contre le VIH/SIDA pédiatrique. « (…) Nous engageons à soutenir complètement la mise en œuvre des campagnes « All in » et « state of the  African Woman » à appuyer les efforts menés pour mettre fin au SIDA et pour mettre en œuvre la feuille de route de l’Union Africaine ayant pour thème : « Exploiter le dividende démographique en investissant dans la jeunesse », et à lancer la nouvelle campagne continentale coparrainée par l’Union Africaine : l’Afrique unie pour la lutte contre le SIDA pédiatrique.

Après cette rencontre, la Première Dame, Dominique Ouattara a offert un somptueux déjeuner à ses hôtes de marque à l’Ivoire Golf Club à la Riviera.