Les dernières activités

Lutte contre le travail des enfants :

Le CIM forme des moniteurs et des points focaux au SOSTECI
Une photo de Famille
Une photo de Famille

Le Système d’Observation et de Suivi du Travail des Enfants (SOSTECI) est rentré dans sa phase pratique. Ainsi après son lancement, le mardi 25 Juin 2013,  à la salle de conférence internationale du Ministère des Affaires Etrangères,  le  Comité Interministériel de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants  (CIM) en collaboration avec le Comité National de Surveillance (CNS) a procédé du 03 au 10 Novembre 2013, à la formation des moniteurs et des points focaux dans le cadre de la mise en œuvre du SOSTECI  dans les départements de Soubré et M’Batto.

Ce sont vingt-quatre (24) collecteurs ; deux (02) opérateurs de saisie ; deux (02) gestionnaires de base de données et deux (02) coordonnateurs de ces départements qui sont désormais outillés sur les concepts liés au travail des enfants, le mécanisme général de mise en œuvre du SOSTECI, les techniques de remonté des données ; le remplissage des questionnaires et les canevas de reporting.  

L’objectif de cet atelier : renforcer les capacités des moniteurs et des points focaux sur les outils de collecte de données  pour permettre une meilleure remontée des informations sur  le phénomène de travail des enfants.

 

Formation des points focaux du SOSTECI à Soubré
Formation des points focaux du SOSTECI à Soubré

A cet effet, l’honneur est revenu à Amani Michel, coordonnateur chargé de la collecte de représenter à cette cérémonie, le Président du CIM, Moussa Dosso. Selon le représentant du Ministre d’Etat Moussa Dosso, les résultats des différentes enquêtes menées en Côte d’Ivoire par l’Institut National de la Statistique (INS) ont montré la nette implication des enfants dans des activités économiques. Pour lui, non seulement les enfants sont impliqués dans des activités dangereuses, nuisibles à leur santé physique et morale, mais, surtout cette implication se fait, le plus souvent au détriment de leur scolarité. C’est donc fort de ce constat que le pays s’est engagé résolument à lutter contre le travail des enfants contre les pires formes de travail des enfants. Ainsi, selon ce dernier en février 2003, la Côte d’Ivoire a ratifié la convention 182 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), relative aux Pires Formes de Travail des Enfants (PFTE). L’article 5 de cette convention stipule que "Tout Etat qui la ratifie doit mettre en place un mécanisme efficace et durable de suivi de l’exécution des actions menées dans le cadre de la lutte contre les PFTE". « Ce mécanisme, pour la Côte d’Ivoire, est le Système d’Observation et de Suivi du Travail des Enfants (SOSTECI) qui constitue un moyen d’identifier, de les référer vers des structures de prise en charge et de s’assurer que les enfants, non seulement ne retournent plus dans les travaux dangereux, mais ne changent pas de secteurs d’activités », a-t-il expliqué.

Après les départements de Soubré et M’Batto, l’équipe du CIM va procéder dans les jours à venir à la formation de moniteurs au SOSTECI dans les départements de Bondoukou ; Bouaflé et Abengourou.

Formation des points focaux du SOSTECI à Soubré
Formation des points focaux du SOSTECI à Soubré

A cet effet, l’honneur est revenu à Amani Michel, coordonnateur chargé de la collecte de représenter à cette cérémonie, le Président du CIM, Moussa Dosso. Selon le représentant du Ministre d’Etat Moussa Dosso, les résultats des différentes enquêtes menées en Côte d’Ivoire par l’Institut National de la Statistique (INS) ont montré la nette implication des enfants dans des activités économiques. Pour lui, non seulement les enfants sont impliqués dans des activités dangereuses, nuisibles à leur santé physique et morale, mais, surtout cette implication se fait, le plus souvent au détriment de leur scolarité. C’est donc fort de ce constat que le pays s’est engagé résolument à lutter contre le travail des enfants contre les pires formes de travail des enfants. Ainsi, selon ce dernier en février 2003, la Côte d’Ivoire a ratifié la convention 182 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), relative aux Pires Formes de Travail des Enfants (PFTE). L’article 5 de cette convention stipule que "Tout Etat qui la ratifie doit mettre en place un mécanisme efficace et durable de suivi de l’exécution des actions menées dans le cadre de la lutte contre les PFTE". « Ce mécanisme, pour la Côte d’Ivoire, est le Système d’Observation et de Suivi du Travail des Enfants (SOSTECI) qui constitue un moyen d’identifier, de les référer vers des structures de prise en charge et de s’assurer que les enfants, non seulement ne retournent plus dans les travaux dangereux, mais ne changent pas de secteurs d’activités », a-t-il expliqué.

Après les départements de Soubré et M’Batto, l’équipe du CIM va procéder dans les jours à venir à la formation de moniteurs au SOSTECI dans les départements de Bondoukou ; Bouaflé et Abengourou.