Les dernières activités

Lutte contre les pires formes de travail des enfants

Le CNS et le CIM passent à la phase de la répression
5 des 44 trafiquants d'enfants ecroues au commissariat de police de Soubré
5 des 44 trafiquants d'enfants ecroues au commissariat de police de Soubré

Après deux (02) ans de campagne de sensibilisation, l’heure est à la répression des trafiquants d’enfants. Le Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des Enfants (CNS) et le Comité Interministériel (CIM) avec l’appui technique de l’Office International des Polices Criminelles Interpol Lyon (OIPC Interpol Lyon) et financière de l’ONG « Childsright » ont décidé de passer à la traque des trafiquants d’enfants. Le top départ de cette nouvelle phase de la campagne de lutte contre le travail des enfants a été donné, le mercredi 12 Février 2014  dans la région de la Nawa à travers une opération policière dénommée « opération Nawa».  Cette opération regroupant l’ensemble des Forces de sécurité de la région s’est déroulée en trois (03) phases. La première phase a consisté à renforcer la capacité des hommes en treillis, puis les deux (02) dernières phases ont consisté à investir cette zone productrice de cacao pour débusquer  les trafiquants et les exploitants d’enfants. L’opération a permis d’interpeller 84 individus dont 44 ont été placés en observation. 3 femmes figurent parmi les 44 personnes mises en observation. Ce coup de filet a permis de prendre en charge 41 enfants qui ont été conduits à l’orphelinat de Soubré. Ces derniers seront pris en charge par l’Etat ivoirien et l’ONG « Childsright ». Il est à noter que sur les 44 personnes mises en observation, seulement une dizaine est ivoirienne. La majorité étant d’originaire du Mali et du Burkina Faso.

Mme Yao Patricia Sylvie, représentante de Mme Dominique Ouattara en compagnie des enfants arrachés aux trafiquants
Mme Yao Patricia Sylvie, représentante de Mme Dominique Ouattara en compagnie des enfants arrachés aux trafiquants

La cérémonie de clôture de cette opération de police s’est déroulée, le samedi 15 Février 2014 au foyer des jeunes de Soubré, devant les autorités administratives, les autorités militaires et les membres de l’ONG « Childsright ». La Première Dame, Mme Dominique Ouattara était représentée, au cours de cette cérémonie, par Mme Yao Patricia Sylvie, Secrétaire Exécutive du CNS. Mme Yao Patricia Sylvie, Directeur de cabinet de la Première Dame, Mme Dominique Ouattara a profité de cette occasion pour mettre en lumière l’importance de la lutte contre le travail des enfants pour le pays. Elle a rappelé que le Président Alassane Ouattara a placé la question de la lutte contre ce phénomène au cœur des priorités de son gouvernement. A ce titre, il a mis sur pied le CNS et le CIM pour remédier à ce fléau. Elle a, aussi, souligné que le Plan d’Action National 2012-2014 (PAN 2012-2014) du CNS et du CIM englobe naturellement une phase de sensibilisation, mais aussi, une phase de répression. «Nous sommes engagés pour le combat. Nous ne reculerons devant rien. Cette opération de police n’est que le début de la phase de répression», a martelé la représentante de la Première Dame.

La cérémonie de clôture de l'opération Nawa a permis de faire le bilan des actions de terrain
La cérémonie de clôture de l'opération Nawa a permis de faire le bilan des actions de terrain

N’Goh Bakayoko, représentant du Ministre d’Etat, Ministre de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle, Dosso Moussa, par ailleurs, Président du CIM a, aussi, rappelé qu’après une longue campagne de sensibilisation, le temps est venu de passer à la phase de répression. Il a expliqué que les opérations de police visent à retirer les enfants victimes de l’exploitation et à les mettre à la disposition des services sociaux. Les trafiquants pris sur le théâtre des opérations seront, quant à eux, mis à la disposition de la Justice.
Michaël Moran, représentant d’Interpol Lyon a remercié les forces de l’ordre pour la franche collaboration entre les différentes unités qui ont participé à l’opération.
Le Commissaire Angui Yeboua Alain, Chef des opérations a, quant à lui, présenté le bilan des actions sur le terrain. Il a souligné que l’opération concernait les localités de Soubré ; Grand-Zatry ; Yabayo ; Okrouyo et Meaguy. Selon le chef des opérations, une forte implication des étrangers dans le trafic que des enfants pourrait s’expliquer par la libre circulation des personnes et des biens, mais aussi, par la porosité des frontières et la quête d’un mieux-être en Côte d’Ivoire.
Mané Adama, premier vice-président du conseil régional de la Nawa a, quant à lui, a rappelé aux populations de la Nawa que la place des enfants est à l’école et non dans les plantations.
Après cette cérémonie, Mme Yao Patricia Sylvie a rendu visite aux enfants placés à l’orphelinat de Soubré. La représentante de Mme Dominique Ouattara a remis la somme de 500.000 F CFA aux responsables de l’orphelinat pour aider à la prise en charge de ces enfants.

Mme Yao Patricia Sylvie, représentante de Mme Dominique Ouattara en compagnie des enfants arrachés aux trafiquants
Mme Yao Patricia Sylvie, représentante de Mme Dominique Ouattara en compagnie des enfants arrachés aux trafiquants

La cérémonie de clôture de cette opération de police s’est déroulée, le samedi 15 Février 2014 au foyer des jeunes de Soubré, devant les autorités administratives, les autorités militaires et les membres de l’ONG « Childsright ». La Première Dame, Mme Dominique Ouattara était représentée, au cours de cette cérémonie, par Mme Yao Patricia Sylvie, Secrétaire Exécutive du CNS. Mme Yao Patricia Sylvie, Directeur de cabinet de la Première Dame, Mme Dominique Ouattara a profité de cette occasion pour mettre en lumière l’importance de la lutte contre le travail des enfants pour le pays. Elle a rappelé que le Président Alassane Ouattara a placé la question de la lutte contre ce phénomène au cœur des priorités de son gouvernement. A ce titre, il a mis sur pied le CNS et le CIM pour remédier à ce fléau. Elle a, aussi, souligné que le Plan d’Action National 2012-2014 (PAN 2012-2014) du CNS et du CIM englobe naturellement une phase de sensibilisation, mais aussi, une phase de répression. «Nous sommes engagés pour le combat. Nous ne reculerons devant rien. Cette opération de police n’est que le début de la phase de répression», a martelé la représentante de la Première Dame.

La cérémonie de clôture de l'opération Nawa a permis de faire le bilan des actions de terrain
La cérémonie de clôture de l'opération Nawa a permis de faire le bilan des actions de terrain

N’Goh Bakayoko, représentant du Ministre d’Etat, Ministre de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle, Dosso Moussa, par ailleurs, Président du CIM a, aussi, rappelé qu’après une longue campagne de sensibilisation, le temps est venu de passer à la phase de répression. Il a expliqué que les opérations de police visent à retirer les enfants victimes de l’exploitation et à les mettre à la disposition des services sociaux. Les trafiquants pris sur le théâtre des opérations seront, quant à eux, mis à la disposition de la Justice.
Michaël Moran, représentant d’Interpol Lyon a remercié les forces de l’ordre pour la franche collaboration entre les différentes unités qui ont participé à l’opération.
Le Commissaire Angui Yeboua Alain, Chef des opérations a, quant à lui, présenté le bilan des actions sur le terrain. Il a souligné que l’opération concernait les localités de Soubré ; Grand-Zatry ; Yabayo ; Okrouyo et Meaguy. Selon le chef des opérations, une forte implication des étrangers dans le trafic que des enfants pourrait s’expliquer par la libre circulation des personnes et des biens, mais aussi, par la porosité des frontières et la quête d’un mieux-être en Côte d’Ivoire.
Mané Adama, premier vice-président du conseil régional de la Nawa a, quant à lui, a rappelé aux populations de la Nawa que la place des enfants est à l’école et non dans les plantations.
Après cette cérémonie, Mme Yao Patricia Sylvie a rendu visite aux enfants placés à l’orphelinat de Soubré. La représentante de Mme Dominique Ouattara a remis la somme de 500.000 F CFA aux responsables de l’orphelinat pour aider à la prise en charge de ces enfants.