Les dernières activités

Meurtre du petit Bouba

Madame Dominique Ouattara, au chevet de la famille du petit Bouba : «J’espère que les coupables seront sévèrement punis »

L’histoire  a ému toute la toile ivoirienne. L’enlèvement et l’assassinat du petit Traoré Aboubakar Sidick dit Bouba dans des conditions tragiques continuent de  susciter  une vague d’indignation tant par la cruauté du crime que par la résurgence du phénomène d’enlèvement d’enfants.

Une vive émotion qui n’a pas laissé de marbre la maman de tous les enfants de Côte d’ Ivoire, la Première Dame, Dominique Ouattara.   Ainsi,  en tant que mère, c’est le cœur en peine que l’épouse du chef s’est rendue, le dimanche 04 mars 2018, au domicile de la famille Traoré à Williamsville.  Madame Dominique Ouattara a tenu à travers cet élan de solidarité,  à traduire toute sa compassion et celle du chef de l’Etat à la famille du petit Bouba et à toute la nation ivoirienne. Elle a notamment profité de cette occasion pour émettre le vœu que les coupables de ce crime odieux subissent toute la rigueur de la loi.  «Je suis venu apporter ma compassion et celle du Président de la République à la famille Traoré qui a perdu son fils, son petit-fils et neveu, dans des circonstances horribles. Je suis particulièrement émue et bouleversée de ce crime affreux. Je voulais dire que j’espère que les coupables seront sévèrement punis afin que plus jamais nous ne revivions  de telles choses dans notre pays.  Je voulais vraiment présenter mes condoléances à toute la grande famille, à tout le quartier de Williamsville et à toute la population. Et que son âme repose en paix ». 

C’est à la tête d’une forte délégation composée de Madame Mariatou Koné, Ministre de la Solidarité, de la femme et de la protection de l’Enfant, Madame Jeanne Peuhmond, vice-présidente de l’Assemblée Nationale, Diakité Coty Souleymane, Président du Conseil d’Administration du Fonds d’Entretien Routier (FER), Madame Sarah Sacko Fadiga, Madame Sita Keïta, sœur cadette du chef de l’Etat et de plusieurs de ses collaborateurs.

 

Diakité Coty Souleymane, PCA du FER et porte-parole de la délégation de la Première Dame a exprimé les condoléances du couple Présidentiel à la famille éplorée.  Il a indiqué que le couple Présidentiel a été fortement touché par la terrible nouvelle de l’enlèvement et de l’assassinat du petit Bouba. Aussi, c’est en tant que mère que Madame Dominique Ouattara a tenu à effectuer le déplacement pour témoigner son soutien et sa solidarité à toute la famille de Bouba.

Ouattara Seydou ami et porte-parole de la famille éploré a, quant à lui, exprimé la reconnaissance de la famille Traoré. Il a indiqué que cette dernière n’est pas surprise par la démarche empreinte d’humanisme de la Première Dame. Il a émis le vœu que le sacrifice du petit Bouba soit l’occasion pour protéger tous les enfants du pays. «Bouba était notre enfant. Il était gentil. Aujourd’hui, Dieu nous l’a repris. Tout ce qu’il fait est bon. Aujourd’hui, nous souhaitons qu’avec le sacrifice de Bouba, tous les enfants du pays soient protégés », a-t-il souhaité. 

Un souhait repris par Traoré Ibrahim, le père du petit Bouba. Partageant avec ses invités  un témoignage poignant sur la courte vie de Bouba et son amour irrationnel pour l’Abidjanais, l’hymne national du pays, il a souhaité que le destin tragique de son fils soit l’élément qui permettra aux autorités de prendre des mesures pour la  protection des enfants.  « (…) Chacun doit faire sa part pour protéger les enfants. Bouba était un cadeau du ciel pour nous. Je prie que les autorités prennent des mesures pour que cesse ces pratiques », a- t-il souhaité.

Touchée par l’histoire du petit Bouba, Madame Dominique Ouattara a fait parler son cœur de mère. Elle a fait un don en numéraire  à la famille Traoré.

Les populations qui ont apprécié la visite de la Première Dame ont tenu à la lui témoigner en sortant nombreuse pour scander : « Bouba ! Bouba ! »

 Notons qu’assassiné le samedi 24 février 2018, Traoré Aboubakar Sidick dit Bouba, âgé de 4 ans seulement, a été inhumé,  le jeudi 1er mars 2018, au cimetière d'Azaguié-Gare, dans le département d'Agboville.