Consultation sous-régionale relative à l'alliance 8.7

Mon discours lors consultation sous régionale relative à l’alliance 8.7 des objectifs de développement durable

Discours: 

Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureuse d’être avec vous ce matin, dans le cadre  de l’ouverture de cette consultation pour l’Afrique de l’Ouest et du Nord organisée par le BIT à Abidjan, sous le thème : « Unir nos forces pour mettre un terme au travail des enfants, au travail forcé, à l’esclavage moderne et à la traite des personnes ».

Je souhaiterais tout d’abord saluer Monsieur le Ministre Moussa DOSSO, ainsi que Madame la Ministre Euphrasie  YAO, respectivement Président et Vice-Présidente du Comité Interministériel de Lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants.

Je salue également Madame Marietou koné Ministre de la Solidarité qui est avec nous ce matin.

Je voudrais par ailleurs, remercier particulièrement, Monsieur Aeneas CHUMA, Sous-Directeur Général et Directeur Régional pour l’Afrique du BIT, pour l’organisation de cet événement majeur pour notre sous-région. Je lui souhaite par ailleurs une bonne installation à Abidjan.

Je salue aussi la présence de Monsieur Kévin WILCUTTS et Madame Tanya RASA, respectivement Directeur Adjoint et Chef de division Afrique du Bureau du travail des enfants, du travail forcé et de la traite des personnes de l’USDOL, qui ont effectué le déplacement depuis Washington jusqu’ici, pour participer à cet important évènement.

Mes salutations vont aussi aux Ambassadeurs et aux Chefs de Mission présents aujourd’hui à nos côtés, à l’occasion de cette cérémonie d’ouverture des consultations sous régionales.

Je voudrais également saluer, Monsieur Dramane HAIDARA, Directeur Pays du BIT, ainsi que tous les membres de son équipe, que je remercie pour leur implication dans la réussite de cette rencontre.

Merci à Monsieur Diagou kacou, Président du patronat, aussi qu’à Madame Massandjé Touré, Directrice de la caisse café cacao pour leur présence.

Je salue également, les experts issus des 11 pays de l’Afrique de l’Ouest et du Nord, venus pour échanger sur la question du travail des enfants en Afrique.

Je salue aussi, les délégués des organisations syndicales d’employeurs et de travailleurs. Merci enfin à toutes les personnalités qui sont à noc cotés aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais avant tout propos, remercier chaleureusement l’OIT, d’avoir choisi la Côte d’Ivoire, pour le lancement officiel de la consultation sous régionale, relative à l’alliance 8.7 des objectifs de développement durable.  

En avril dernier, je m’étais rendue au siège de l’OIT, en tant que Présidente du Comité National de Surveillance, afin de discuter des critères de mesure et de qualification des enfants victimes des pires formes de travail des enfants. Cela, afin d’éviter des amalgames malheureux entre les enfants de nos paysans qui effectuent un travail socialisant après leurs heures de classe, et les enfants victimes des pires formes de travail des enfants. Ces échanges fructueux, nous ont permis d’arriver à un consensus concernant cette délicate question pour les futures enquêtes à mener  à savoir :

- Les enfants de paysans qui accompagnent leurs parents peuvent être autorisés à effectuer des travaux légers dits socialisants, dont la liste va être dressée par nos experts et ceux du BIT. Ces enfants ne seront donc pas considérés comme enfants victimes au cours des prochaines enquêtes.

C’est à l’occasion de cette visite de travail, que Monsieur Guy RYDER, Directeur Général du BIT, a émis le souhait d’organiser cette consultation sous régionale qui nous rassemble aujourd’hui, en Côte d’Ivoire. Je souhaite  à cet effet, profiter de l’opportunité qui m’est offerte, pour réitérer mes sincères remerciements à Monsieur RYDER, ainsi qu’à toute son équipe, pour l’accueil chaleureux qui nous a été réservé lors de cette mission.

J’ai immédiatement adhéré à cette proposition, car cet événement permet de réaffirmer l’étroite collaboration qui existe entre notre pays et l’OIT.  C’est aussi l’occasion d’affirmer la ferme volonté de la Côte d’Ivoire, de mettre tout en œuvre, pour lutter efficacement contre le travail des enfants et la traite des personnes.

Mesdames et Messieurs,

Je suis convaincue que l’organisation de cette consultation sous régionale permettra de jeter les bases d’une alliance mondiale contre le travail des enfants et la traite des personnes, un phénomène qui touche malheureusement la plupart de nos pays.

En mettant en commun nos énergies, nous pourrons arriver à fédérer les efforts des pays membres, afin d’atteindre les objectifs de développement durable fixés par l’OIT. Nous espérons que d’autres pays pourront nous rejoindre dans cette alliance réunissant les acteurs déjà engagés, afin de mener des actions plus efficaces pour faire reculer la prévalence du travail des enfants et du travail forcé au niveau mondial.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, la Côte d’Ivoire est fortement engagée dans la lutte contre les pires formes du travail des enfants, depuis quelques années. La ferme volonté du Président de la République, Monsieur Alassane OUATTARA d’éradiquer ce phénomène à l’intérieur de nos frontières, a permis d’ériger la lutte contre ce fléau en priorité nationale.

Dans ce contexte, les initiatives nationales menées par le Comité National de Surveillance et par le Comité Inter Ministériel, sont largement orientées vers le développement d’actions sous régionales. A cet effet, nous avons signé des accords bilatéraux avec les Premières Dames du Mali et du Burkina Faso, pour lutter contre la traite transfrontalière.

Dans cette même optique, il est prévu le 13 septembre prochain, une rencontre d’échanges et de partage d’expériences avec la Première Dame du Ghana pour la signature d’une déclaration conjointe d’engagement, et d’un accord de coopération entre nos deux pays.

Cette action sera complétée par l’organisation prochaine d’un sommet des Premières Dames de la sous région ouest africaine, sur la question de la lutte contre les pires formes de travail des enfants et la traite des personnes.

Nous souhaitons ainsi, développer un réseau solide de partenaires sous régionaux, afin de favoriser la collaboration et les échanges d’informations entre pays, mais surtout de susciter l’implication des Premières Dames dans cette lutte.

Mesdames et Messieurs,

J’ai la ferme conviction que la formation de cette alliance, peut être bénéfique à plusieurs niveaux, puisqu’elle permettra à la fois de fédérer les efforts des pays membres dans la lutte contre le travail des enfants et la traite des personnes. Mais elle permettra également, un partage d’expérience qui pourrait favoriser des progrès remarquables, et engendrer des résultats positifs dans le recul de ce fléau.

Je me réjouis donc, que cette consultation sous régionale puisse avoir lieu. Et je marque ma totale adhésion à cette initiative, à laquelle j’apporte tout mon appui.

Tout en souhaitant plein succès à vos travaux, je déclare ouverte, la « consultation sous régionale pour l’Afrique de l’ouest et du nord de l’alliance 8.7 des Objectifs de Développement Durable ».

Je vous remercie.