Journée Internationale de la Femme

Mon discours lors de la Journée Internationale de la Femme

Discours: 

Mes chères sœurs,

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais, avant tout propos, exprimer ma joie devant cette mobilisation exceptionnelle en l’honneur de la femme.  Oui, devant cette grande mobilisation, que dire, sinon des mots de joie et de remerciements, à l’endroit de toutes celles et de tous ceux qui, en dépit de leurs nombreuses occupations, ont pris le temps de célébrer avec nous cette journée solennelle dédiée à la femme.

En effet, nous sommes réunis ce matin pour magnifier les femmes et valoriser toutes les femmes, aussi bien celles des villes que celles des campagnes.

Nous sommes ici pour célébrer toutes nos sœurs, qu’elles soient dans les hameaux, dans les bureaux, sur les  marchés ou dans les champs… car elles méritent toute notre affection.

Mesdames et Messieurs,

Mes chères sœurs,

Je suis particulièrement heureuse d'être à Bouaké ce matin, et je voudrais vous transmettre les chaleureuses salutations de mon cher époux, le Président Alassane OUATTARA, qui m’a demandée de vous souhaiter une très belle Journée de la Femme, et de vous embrasser bien fort de sa part.

Je souhaiterais tout d’abord, saluer ma grande sœur, Madame Henriette Konan Bédié, qui est nos côtés pour célébrer cette fête qui nous est dédiée. Merci chère grande sœur, d’avoir fait le déplacement jusqu’à Bouaké, pour être avec nous ce matin. Je vous demande de l’applaudir bien fort.

Je tiens à présent à saluer Madame Clarisse DUNCAN, Epouse de Monsieur le Vice-Président ; et Madame Assétou GON COULIBALY, Epouse de Monsieur le Premier Ministre, qui sont à nos côtés. Je vous demande de les applaudir très fort.

Je souhaiterais également saluer l’ensemble des membres du Gouvernement qui participent à cette fête en l’honneur des femmes. Et particulièrement notre sœur, Madame BAKAYOKO-LY Ramata, Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant qui a organisé si brillamment cette belle cérémonie. Merci chère Ramata pour l’organisation impeccable de cette magnifique journée.

Je voudrais saluer et remercier aussi, Monsieur Amadou KONE, Ministre du Transport, pour son implication personnelle dans la réussite de cet évènement. Merci cher jeune frère, pour ton soutien aux femmes de Côte d’Ivoire, à l’occasion de cette belle fête à Bouaké.

Je vous demande de les applaudir bien fort tous les deux.

Je salue également, mes chères sœurs Epouses de Président d’Institution et de Ministres, qui sont ici ce matin pour l’occasion, ainsi que tous les membres de ma délégation qui ont effectué le déplacement à mes côtés.

Mes salutations vont à présent, aux Chefs de Missions Diplomatiques et aux Ambassadeurs des pays frères, à leurs charmantes Epouses, ainsi qu’aux Représentants des Agences des Nations Unies qui ont effectué le déplacement, pour être des nôtres ce jour.

J’adresse mes salutations singulières à Madame Antonia NGABALA-SODONON, Représentante Résidente de ONUFEMME Côte d’Ivoire, que je remercie particulièrement pour tous les efforts déployés en faveur des femmes de notre pays.

Je salue également, toutes les autorités administratives et politiques de la région du Gbêkê, avec à leur tête Monsieur le Préfet de la Région du Gbêkê, Monsieur le Maire de Bouaké, ainsi que Monsieur le Président du Conseil Régional du Gbêkê, que je remercie pour le chaleureux accueil qu’elles nous ont réservé.

Mes salutations vont également à toutes les personnalités ici présentes, qui sont avec nous pour célébrer les femmes. Merci d’avoir effectué le déplacement

Je souhaiterais aussi saluer nos distingués chefs traditionnels et religieux, qui comme à l’accoutumé, nous entourent de leurs bénédictions et de leurs prières.

Je tiens enfin à saluer, toutes mes sœurs de Bouaké et du Gbêkê, qui sont sorties nombreuses ce matin pour nous accueillir. Votre mobilisation exceptionnelle en cette journée de fête me remplit de joie.  Nous pouvons les applaudir toutes bien fort !

Mesdames et Messieurs,

Célébrée la première fois il y a plus de 100 ans, la Journée Internationale de la Femme s’est transformée au fil du temps, en une commémoration mondiale des combats passés, des victoires remportées et des défis à relever pour les femmes du monde entier.

Cette journée est importante, car elle nous permet de ne pas oublier le chemin parcouru et le travail qu’il reste encore à accomplir, pour l’épanouissement des femmes à travers le monde.

C’est dans cette optique que la Commission de la Condition de la Femme des Nations Unies a choisi comme axe de réflexion cette année : « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement ». Cette thématique est un incitatif à trouver des solutions à la fois équitables, pertinentes et innovantes, qui permettront de réduire les écarts et les inégalités entre hommes et femmes.

En effet, selon la Commission Economique Africaine, les femmes qui représentent 50% de la population, accomplissent 60% du travail dans le monde. Mais elles ne gagnent que 10% des revenus mondiaux, et ne sont propriétaires que de 1% de la richesse mondiale. Ces chiffres sont la preuve qu’il y a encore beaucoup d’efforts à fournir, pour arriver à ce juste équilibre dans nos sociétés.

En ce qui concerne la Côte d’Ivoire, le Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant a retenu comme thème national de la Journée Internationale de la Femme : « Le numérique, une solution pour l’autonomisation des femmes ». Ce thème  vise  à orienter les efforts du Gouvernement vers la promotion du numérique auprès de nos sœurs, comme solution à la réduction des inégalités de genre dans tous les secteurs d’activités.  Cette démarche devrait permettre à la majorité des femmes de Côte d’Ivoire, de s’approprier cet outil, en vue de parvenir rapidement à plus d’autonomie.

Mes chères sœurs,

Pour ma part, j’ai toujours cru fortement en votre potentiel. Je sais quelle détermination et quel courage nous caractérisent, nous les femmes, lorsque nous décidons d’entreprendre quelque chose. C’est pourquoi, avec l’aide de mon cher époux, le Président Alassane OUATTARA, j’ai fait le choix de venir en aide à mes sœurs, pour leur permettre de gagner en autonomie grâce au Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire (FAFCI).

Aujourd’hui, après sept ans d’existence et avec un capital de 10 milliards de FCFA, le système de revolving des crédits du FAFCI par nos sœurs, a permis d’investir un montant total de 25 milliards de FCFA pour l’autonomisation des femmes, le bien-être des familles et l’avenir des enfants. Ce montant a permis à ce jour, à plus de 170 000 bénéficiaires à travers la Côte d’Ivoire, de réaliser des activités génératrices de revenus. En plus du montant octroyé à nos sœurs, nous leur dispensons également des formations en gestion de projet et en comptabilité simplifiée pour mieux gérer leurs activités génératrices de revenus.

Chères sœurs de la région du Gbêkê,

Au total, ce sont 800 millions de FCFA qui ont déjà été attribués à votre région pour vous permettre de débuter vos activités. Aujourd’hui, à la faveur de la Journée Internationale de la Femme, je suis heureuse de vous annoncer qu’un montant additionnel de 300 millions de FCFA sera mis à votre disposition, ce qui fixera la somme totale du FAFCI pour la région du Gbêkê à 1 milliard 100 millions de FCFA.

Je vous ai également ramené de nombreux cadeaux et des dons qui vous ont été énumérés plus tôt. Je sais qu’ils serviront à développer vos différentes activités.

J’aimerais également, profiter de cette occasion pour féliciter mes sœurs de Bouaké, pour le remboursement de vos crédits à hauteur de 98%. Je vous encourage à continuer sur cette voie, afin que d’autres de vos sœurs puissent à leur tour, bénéficier de cette aide.

Mesdames et Messieurs,

Mes chères sœurs,

Je voudrais clore mon propos en souhaitant une très belle journée de la femme à mes sœurs et mes filles de Bouaké, ainsi qu’à toutes les femmes de Côte d’Ivoire.

Je vous remercie.