L‘ouverture du colloque de Merck Africa Luminary

Mon discours lors de l‘ouverture du colloque de Merck Africa Luminary

Discours: 

Mesdames et Messieurs,

J’ai grand plaisir à prendre part à cette cérémonie d’ouverture du colloque de MERCK AFRICA LUMINARY à Abidjan, en votre compagnie.

Je voudrais tout d’abord, saluer la distinguée présence de Madame Brigitte TOUADERA, Première Dame de Centrafrique, que j’ai le plaisir de retrouver pour sa première visite en Côte d’Ivoire. Merci chère sœur pour votre présence appréciée.

Mes salutations vont également, au Professeur Frank STANGENBERG-HAVERKAMP, Président du Conseil d’Administration et du Conseil de MERCK Family ainsi qu’à l’ensemble du Conseil d’Administration de MERCK, qui a effectué le déplacement jusqu’à Abidjan afin de mener une réflexion commune, en ce qui concerne la santé de nos populations.

Je souhaiterais également saluer les distinguées personnalités ici présentes, parmi lesquels les Ministres des pays frères dont la mobilisation aujourd’hui, témoigne de leur engagement en faveur du développement socio-économique du continent africain.

Je salue enfin, l’ensemble des éminents professionnels de la santé rassemblés pour ce colloque.

Mesdames et Messieurs,

Avant tout propos, j’aimerais remercier les dirigeants de MERCK, pour avoir rassemblé à Abidjan, plus de 350 professionnels de la santé, décideurs politiques et chercheurs, issus de 25 pays d’Afrique anglophone et francophone.

Trois années après sa mise en oeuvre, le projet MERCK AFRICA LUMINARY est présenté pour la première fois dans un pays francophone. Ce projet a pour objectif principal de contribuer au développement social et économique en Afrique de deux façons :

- Premièrement, en renforçant les capacités des agents de santé et des structures hospitalières,

- et deuxièmement, en favorisant des soins de santé de haute qualité et innovants.

Ce projet devrait donc mener à l’amélioration de la qualité et à l’accès aux services de soins de santé, spécialement en ce qui concerne le traitement du diabète, de l’hypertension artérielle, du cancer et de l’infertilité.

Je reste convaincue que cette initiative contribuera à améliorer la capacité de prise en charge sanitaire de nos hôpitaux, et à faciliter l’accès des populations aux solutions de santé existantes et à venir.

Mesdames et Messieurs,

Dans le cadre de cette initiative globale, la campagne spécifique de lutte contre l’infertilité baptisée MERCK MORE THAN A MOTHER, a particulièrement suscité mon intérêt. Ce volet relatif à la prise en charge des femmes infertiles sur le continent, est en droite ligne avec mon engagement personnel en faveur du bien-être des femmes et de la protection des enfants dans mon pays.

En effet, l’autonomisation des femmes est une question prioritaire de mon action sociale. C’est pourquoi, j’ai initié en décembre 2012, la création d’un microcrédit appelé Fonds d’Appui aux Femmes de Côte d’Ivoire, qui permet aujourd’hui à plus de 110 000 femmes de mener des activités génératrices de revenus.

Pour ce qui est de la prise en charge sanitaire des mamans et futures mamans, la Fondation Children of Africa a entrepris la construction d’un hôpital spécialement dédié à la mère et à l’enfant, qui est actuellement en cours d’achèvement.

A ce propos, j’aimerais renouveler ma gratitude à la Fondation MERCK, qui a décidé de contribuer à la mise en œuvre de cet hôpital, dans le cadre d’un partenariat avec Children of Africa.

Mesdames et Messieurs,

En tant que Première Dame, mais aussi en tant que femme, je ne peux que soutenir pleinement la campagne MERCK MORE THAN A MOTHER, puisqu’elle implique de redonner l’espoir à de nombreuses femmes.

En effet, selon les statistiques, 85% des cas d’infertilités en Afrique, sont dus à des maladies infectieuses non traitées, aux mutilations génitales, aux avortements et aux accouchements à risque. La prévention est donc, une étape primordiale pour lutter efficacement contre l’infertilité sur notre continent.

Par ailleurs, les femmes ne pouvant avoir d’enfants, sont bien trop souvent stigmatisées. Cet état de fait doit être combattu, pour un changement profond des mentalités. A notre niveau, nous devons encourager le dialogue et l’échange sur ce sujet sensible. Il faut aussi faire admettre que l’infertilité a une responsabilité partagée dans le couple. Pour pouvoir y parvenir, l’accès à l’information, l’éducation et la santé sont des préalables incontournables. Il est donc important de fédérer nos énergies, pour parvenir à de réels changements.

Mesdames et Messieurs,

Je reste convaincue que les deux jours de réflexions que vous partagerez avec vos homologues, vous donneront des pistes d’amélioration en ce qui concerne la santé de nos populations, et l’autonomisation des femmes.

Je réitère mes remerciements aux dirigeants de MERCK, pour leurs différentes initiatives au bénéfice de la santé de nos populations, ainsi que pour cette campagne de sensibilisation et de prévention de l’infertilité.

Je déclare officiellement ouvert, ce troisième colloque MERCK AFRICA LUMINARY.

 

Je vous remercie.